Handicap et si on franchissait le cap 

Handicap, et si on franchissait le cap ?

1024 675 Cabinet de recrutement CDI/CDD - NEXTGEN RH

Handicap, et si on franchissait le cap ?

Handicap et si on franchissait le cap 

Le handicap est-il réellement ce que vous pensez ?

Le terme handicap est trop souvent utilisé à tort. Saviez vous que seulement 15% des handicaps sont visibles ? On estime également qu’environ 9 personnes sur 10 n’auraient pas besoin d’aménagement de poste. On considère que plus d’une personne sur deux sera confronté à une situation de handicap au cours de sa vie. Il est donc du devoir de chaque citoyen de connaître la définition du terme « handicap » (Dictionnaire Larousse) :

« Limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société due à une altération des capacités sensorielles, physiques, mentales, cognitives ou psychiques ».

La formulation « personne handicapée » ne prend pas en compte la dimension environnementale et sociale, pourtant à l’origine de cette situation. En effet, une personne est en situation de handicap parce que l’environnement dans lequel elle se trouve ne lui permet pas d’évoluer correctement au sein de la société. Ainsi, une meilleure adaptation des infrastructures et des mentalités sortirait elle ces personnes de cette catégorie ?

 

L’OETH : entre la théorie et la pratique

En théorie …

L’Obligation d’Emploi des Travailleurs Handicapés (OETH) est une mesure qui vise à favoriser l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap. Les entreprises privées et les établissements publics industriels et commerciaux de 20 salariés et plus, doivent employer au moins 6% de personnes rentrant dans cette catégorie.

Chaque mois, toutes les entreprises, quel que soit leur effectif, doivent déclarer les statuts de travailleurs handicapés dans la déclaration sociale nominative (DSN). Si cette condition n’est pas remplie, l’employeur est contraint de verser une contribution à l’AGEFIPH ou au FIPHFP selon son statut.

Pour s’acquitter de l’OETH, plusieurs solutions s’offrent à l’employeur :

  • Des embauches directes à temps plein ou partiel, allant du CDI au contrat d’apprentissage.
  • L’établissement de contrats avec des acteurs du secteur protégé, ou encore avec des travailleurs indépendants.
  • La signature d’un accord de branche, de groupe ou d’entreprise agréé peut être une solution envisageable. Elle prévoit la mise en œuvre d’un programme pluriannuel en faveur de l’emploi des travailleurs handicapés pour une durée maximale de trois ans, renouvelable une fois.

Mais en pratique …

Cependant, la réalité du recrutement de personnes en situation de handicap reste encore très loin des objectifs. En effet, selon une étude initiée par l’Observatoire de la Fondation Malakoff Médéric Handicap, ces personnes rencontrent encore de grandes difficultés dans leurs recherches d’emploi.

Parmi les 650 entreprises interrogées en 2015, seulement 33% avaient pour projet de recruter une personne en situation de handicap. A ça s’ajoute de nombreux refus, absence de réponse ainsi qu’une inadéquation entre l’emploi proposé et le niveau du candidat. Beaucoup d’infrastructures ne sont pas adaptées pour recevoir une personne en situation de handicap. Leurs chances de trouver un emploi se réduisent de nouveau.

Enfin, l’un des plus gros freins à l’embauche de personnes en situation de handicap reste les préjugés. Parmi eux, les plus persistants sont : le coût d’un aménagement de poste, la discrimination de la part des autres collaborateurs, l’assimilation du handicap comme étant une situation complexe à gérer, etc.

 

Quelles solutions pour leur faciliter l’accès à l’emploi ?

Plusieurs dispositifs existent pour faciliter d’accès à l’emploi des travailleurs en situation de handicap :

  • Les Etablissements de Services d’Aide par le Travail (ESAT). Ce sont des établissements médico-sociaux, qui offrent aux personnes en situation de handicap des activités professionnelles diverses, ainsi qu’un soutien médico-social et éducatif en vue de favoriser leur épanouissement personnel et social.
  • Les entreprises adaptées (EA). Ce sont des entreprises du milieu ordinaire de travail, avec la particularité d’employer au minimum 80% de travailleurs handicapés.
  • Les dispositifs de l’emploi accompagné. Ils permettent aux travailleurs handicapés d’obtenir et de garder un emploi rémunéré sur le marché du travail.

Les conseillers spécialisés sont également une aide que les personnes en situation de handicap peuvent solliciter. Ils les accompagnent dans leur insertion et dans le maintien dans l’emploi. Ces conseillers sont présents chez Pôle Emploi, l’AGEFIPH, dans des associations spécialisées, etc.

Les cabinets de recrutement peuvent accompagner les entreprises dans cette démarche de formation et de communication en faveur de la diversité. A noter qu’il est interdit de publier une offre d’emploi uniquement pour les travailleurs handicapés, il s’agit de discrimination positive (Article 225-1 et 225-2 du Code Pénal). En revanche, la prise de contact avec des personnes en situation de handicap via des forums permet de créer un lien entre les deux parties.

Enfin, les actions de sensibilisation sont le meilleur moyen pour lutter contre les préjugés sur le long terme. Elles peuvent être à destination des collaborateurs, mais également dès le plus jeune âge. Par exemple, de plus en plus de jeux de société et de jouets intègrent la notion de handicap. Barbie a notamment sortie une gamme de poupées mannequin en situation de handicap (en fauteuil roulant, avec une prothèse, avec un appareil auditif, …).

  • Publié dans :
  • News