discriminations à l'embauche en 2021

Les discriminations à l’embauche toujours présentes en 2021

1024 683 Cabinet de recrutement CDI/CDD - NEXTGEN RH

Une étude de l’IFOP dresse le tableau des discriminations à l’embauche en 2021

discriminations à l'embauche en 2021

D’après une étude récente, les discriminations à l’embauche ont quasi doublé en l’espace de 20 ans. Dans le monde du travail, la loi énonce que toute décision prise par les décisionnaires doit reposer sur des éléments professionnels et non sur des critères personnels. En effet, le handicap, le genre, la situation familiale, l’âge, l’ethnie ou encore les convictions religieuses ne doivent pas entrer en ligne de compte lors du recrutement comme après l’embauche. Toutefois, il y a un monde entre la loi et la réalité. Une étude réalisée par l’Ifop et commanditée par Meteojob en Avril 2021 nous le confirme.

Des discriminations présentes dès le début du recrutement

Sur les 4000 personnes interrogées ayant subi des discriminations lors du processus de recrutement, 21% sont des femmes et 16% sont des hommes. L’étude montre que plus le.a candidat.e avance dans le processus de recrutement, plus il est discriminé sur des facteurs tels que son genre, son âge, ses opinions religieuses ou encore ses origines.

La religion et les origines sont les premiers critères de discrimination

52% des musulmans ont déclaré avoir déjà été victimes de discrimination lors d’un entretien, contre 21% de protestants et près de 20% de catholiques. Cependant, les opinions religieuses ne sont pas le seul critère de discrimination. Les origines ethniques et culturelles ainsi que l’accent entrent aussi en ligne de compte. Un grand nombre de candidat.e.s ont fait l’objet de remarques douteuses à l’abord de ces critères durant l’entretien d’embauche.

La situation familiale est aussi un élément de discrimination

La situation personnelle des candidats a toujours été un élément discriminatoire dans de nombreuses entreprises. 14% des personnes ayant des enfants ont subi des remarques désobligeantes contre 6% chez celles n’en ayant pas. Par ailleurs, de nombreuses questions sont beaucoup plus posées à la gente féminine :

  • Avez-vous des enfants ?
  • Combien d’enfants avez-vous ?
  • Envisagez-vous d’avoir un autre enfant prochainement ?
  • Comment faites-vous garder vos enfants pendant la journée ?
  • Le fait que vous soyez parent pourrait-il affecter votre travail ?

Bien que certains critères soient plus présents, les discriminations à l’embauche peuvent toucher n’importe quelle personne active. Pour rappel, les personnes morales encourent, pour discrimination à l’embauche, une amende pouvant atteindre jusqu’à 225 000€. Les personnes physiques quant à elles encourent une peine de prison pouvant aller jusqu’à 3 ans ainsi qu’une amende de 45 000€.

  • Publié dans :
  • News