Accueil > Actualités >
Les principaux enjeux RH de 2023

Focus sur les 4 principaux enjeux RH de 2023

2022 était supposée marquer un retour vers davantage de stabilité. Si un « retour à la normale » post-pandémie n’était pas envisagé, les DRH prévoyaient cependant une accalmie dans leur fonction au quotidien. Pourtant, alors que l’année commence à peine, les entreprises doivent toujours s’adapter face à un marché de l’emploi en pleine mutation. Les décideurs et DRH européens semblent axer leurs prochaines priorités autour de 4 principaux thèmes : le renforcement de l’engagement des collaborateurs, la structuration du travail hybride, le développement de davantage d’inclusion, le déploiement de la politique RSE.

Des défis majeurs qui supposent de nombreuses évolutions de la fonction RH au cours de 2023. Dans cet article, NEXTGEN RH décrypte les 4 enjeux RH majeurs en 2023 et vous donne des clés pour aborder cette nouvelle année sereinement.

Enjeux RH : Le renforcement de l’engagement des salariés

Après une année 2022 marquée par le phénomène de la Grande Démission et les difficultés de recrutement sur de nombreux secteurs, 2023 s’annonce comme l’année des des défis en matière d’engagement des collaborateurs.

Le Baromètre BVA – Human & Work « Au cœur des nouveaux enjeux RH » dévoile les résultats de son étude autours des enjeux des DRH de différents pays européens. On y apprend pour commencer que la préoccupation principale de ces décideurs est de renforcer l’engagement des collaborateurs. En France, ce défi doit s’articuler autour de 3 axes majeurs : le renforcement de la cohésion interne, le renforcement du sens au travail, l’augmentation de la reconnaissance. Il est à noter que les priorités sont toutefois différentes selon les pays. Renforcer la reconnaissance serait une priorité pour seulement 28% des DRH allemands, contre 34% chez les DRH français.

La structuration du travail hybride

Démultiplié au moment des déconfinements, le travail hybride s’impose aujourd’hui comme une nouvelle normale dans un grand nombre d’organisations. Selon une récente étude d’Opinionway, plus de 80% des cadres souhaitent continuer à alterner travail en entreprise et télétravail en 2023.

Contrairement aux dernières années, les raisons invoquées ne sont plus seulement liées à la QVCT. Aujourd’hui, l’argument pécuniaire est de plus en plus mis en avant. Pour cause, l’inflation galopante donne lieu à de nouveaux arbitrages concernant le travail en présentiel (carburant, déjeuner… etc.). Ce souhait de flexibilité accrue impactera de près la feuille de route 2023 de la fonction RH. Voici quelques pistes pour mettre en place un mode de travail hybride efficace cette année :

  • Recueillir les attentes de vos collaborateurs
  • Mettre en place des une communication interne adaptée
  • Réaménager les bureaux et les transformer en espaces de travail collaboratif
  • Rédiger une charte de télétravail pour harmoniser les pratiques au sein des différents services

Enjeux RH : Le développement de davantage d’inclusion

Les questions de parité homme-femme, de la prévention des RPS au travail et du bien-être des collaborateurs sont devenus incontournables. La loi de mars 2022 sur le harcèlement sexuel au travail prévoit que l’employeur doit prendre les mesures nécessaires pour prévenir ces faits, y mettre fin et les sanctionner.

30% des DRH européens considèrent l’action du développement de dispositifs d’alertes pour lutter contre les attitudes discriminatoires comme prioritaire. Ce taux s’élève même à 42% en France et 39% en Espagne. Si l’inclusion est un défi majeur pour les DRH européens, l’inclusion des profils seniors l’est particulièrement. Près de 93% d’entre eux déclarent tout mettre en oeuvre pour conserver les seniors le plus longtemps possible dans leur organisation. Pourtant, 38% des DRH français déclarent être réticents à recruter un profil senior, contre plus de 60% pour les DRH italiens et 58% pour les DRH allemands.

Le déploiement de la politique RSE

Plus de 7 français sur 10 jugent les engagements RSE de l’entreprise prioritaires. Pourtant, les organisations semblent avoir des difficultés à se mobiliser autour de ce sujet phare. Plus de 91% des DRH européens affirment être déjà impliqués dans le développement de la politique RSE de l’entreprise. Pour 60% des DRH, le caractère social (actions solidaires, conditions de travail et prévoyance) constitue le levier prioritaire. D’autre part, plus de 75% des DRH disent éprouver des difficultés dans la construction du plan d’actions sur les thématiques que couvrent la RSE et dans la mobilisation de la direction sur ces mêmes sujets.

Axelle Friedrich
Axelle Friedrich

Responsable communication

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le :

Découvrez nos tests psychométriques