La période d’essai, nouvel enjeu du recrutement ?

1024 627 Cabinet de recrutement CDI/CDD - NEXTGEN RH

La période d’essai, une étape cruciale pour une collaboration fructueuse

femme souriante qui travaille sur son ordinateur

Depuis toujours, la période d’essai constitue une période stressante et compliquée pour tout le monde, y compris pour les collaborateurs déjà employés. Du nouveau collaborateur à la partie haute de la hiérarchie, l’appréhension de ces semaines constitue un enjeu majeur pour les deux parties : la collaboration va-t-elle fonctionner ? Selon une étude Mozart Consulting (2017), 18,2 % des recrutements en CDI sont annulés à l’issue de la période d’essai. Dans 2 cas sur 3, c’est le salarié qui rompt le contrat de travail. Cette période est une grande source d’incertitude. Afin que ce recrutement se passe au mieux, voici les enjeux et nos conseils de management et de recrutement pour que cette période se déroule au mieux, ainsi que pour soigner votre marque employeur.

L’Onboarding

L’onboarding désigne la période d’intégration du nouveau collaborateur, jusqu’à ce qu’il soit un minimum autonome. L’objectif est qu’il se sente bien au sein de sa nouvelle entreprise afin d’éviter la rupture de sa période d’essai. Selon une étude de FlexJob, 60 % des jeunes cadres estiment que les entreprises ne gèrent pas bien leur intégration.

Ainsi, cette première étape est décisive dans l’avenir de cette collaboration. En effet, le magazine Forbes, dans son article Pourquoi l’onboarding représente un enjeu majeur ? indique que « 4% des nouveaux salariés quittent leur poste après une première journée désastreuse et que 22% des rotations de personnel ont lieu pendant les premiers 45 jours. » A noter qu’un recrutement raté coûte trois fois plus cher que le salaire de l’employé parti.

Avant même que le nouveau collaborateur fasse ses premiers pas dans votre entreprise, préparez son arrivée : vérifiez qu’il ait une place réservée, avec tous l’équipement dont il aura besoin. De plus, prévenez vos employés de son arrivée, n’hésitez pas à leur faire lire son CV afin que l’intégration soit plus fluide. Enfin, préparez ses premières missions en amont pour l’immerger directement dans son nouveau poste.

Ensuite, afin de fidéliser ce nouveau collaborateur lors de cette période difficile pour le recrutement, il faut donc, dès l’arrivée de ce dernier, l’associer et l’impliquer rapidement à la vie de l’entreprise. Soyez à l’écoute et bienveillant, veillez à ce que l’intégration au sein de vos équipes se fasse dans la bonne humeur. Enfin, définissez tout au long de sa période d’onboarding les collaborateurs chargés de son intégration et de son apprentissage. Il est important pour ce nouvel arrivant de se sentir accompagné et écouté, afin qu’il se sente bien et ait envie de rester.

Réduire l’incertitude tout au long de cette période

Selon un article de l’université de Reading, il existe un phénomène appelé « honeymoon and hangover effects », soit les « effets Lune de Miel et Gueule de bois » touchant beaucoup de nouvelles recrues. Ces dernières ressentent une grande satisfaction et beaucoup d’enthousiasme lors de leur recrutement et de leur intégration dans une nouvelle entreprise : c’est l’effet Lune de Miel. Puis avec le temps, lorsqu’elles rentrent dans une certaine routine et s’adaptent à leur environnement de travail, ces nouvelles recrues connaissent une phase de désenchantement où ils perdent en motivation et en engagement : c’est l’effet Gueule de Bois. Afin de prévenir toute désillusion une fois la période d’essai terminée, assurez-vous qu’il n’existe pas d’incohérence entre votre marque employeur et la réalité dans votre entreprise. Ainsi, ne focalisez pas tous vos efforts sur la phase d’onboarding, gardez-en pour la suite.

Pensez à prévoir un point sur la culture de votre entreprise : les habitudes de travail, de communication ou encore les événements. Le nouveau collaborateur saura alors exactement dans quel type d’entreprise il est, et s’il lui convient. S’il n’est pas en accord avec vos valeurs, il vaut mieux ne pas perdre votre temps avec quelqu’un qui, dans tous les cas, ne se sentira pas bien chez vous.

La communication est un des facteurs décisifs dans la fidélisation de votre nouveau collaborateur. Il est donc important de prévoir des points réguliers avec tous les employés susceptibles de travailler avec lui. Félicitez-le lorsqu’il fait du bon travail et parlez-lui des choses qui ne vont pas : la nouvelle recrue doit sentir qu’il va progresser chez vous. De plus, communiquez-lui les informations de la vie de l’entreprise, même si ça ne le concerne pas. Ces informations sont précieuses pour réduire son incertitude. Selon l’étude de Jablin (1984), il existe chez les nouvelles recrues un “sentiment de privation d’informations” : ils ont tendance à croire qu’ils ne reçoivent pas suffisamment d’informations.

Enfin, la pratique d’auto-évaluation, où le salarié pourra se tester et évaluer ses compétences et son comportement, peut être un bon moyen de prendre du recul sur ces quelques jours ou quelques semaines qui viennent de se dérouler, sur son travail réalisé et réfléchir aux axes d’amélioration. Ainsi, le nouveau salarié se sentira écouté, l’incitera à prendre des initiatives et pourra plus facilement prendre une décision quant à son futur dans votre société.

Soigner la fin de cette période d’essai

La période d’essai de votre nouveau collaborateur touche à sa fin, trois choix s’offrent à vous : la valider, la prolonger ou rompre le contrat. Dans les trois cas, communication et bienveillance seront les bienvenus. Le but étant de soigner votre marque employeur quelle que soit l’option choisie.

Si vous validez sa période d’essai, parlez-lui-en un peu en amont de cette validation : écoutez-le, revenez sur les périodes de réussites et de doutes, laissez lui le temps de prendre lui aussi sa décision de rester ou non dans votre entreprise. N’hésitez pas à lui demander un rapport d’étonnement, il vous permettra de repérer les dysfonctionnements dans votre société, afin que les futurs recrutements se passent de mieux en mieux. S’il vous confie être partant pour continuer cette collaboration, marquez le coup en organisant, pourquoi pas, un événement avec le personnel.

Si vous décidez de renouveler la période d’essai, encourager votre nouvelle recrue, qui sera forcément angoissée à l’idée de prolonger cette période angoissante pour lui. Montrez-lui que vous avez confiance en lui, discutez de ses points d’amélioration et des actions pouvant être mises en place pour qu’il puisse enfin être à la hauteur du poste.

Enfin, si vous décidez de rompre le contrat, ce n’est pas un drame. Relativisez en vous disant que votre prochaine cible sera plus claire. En revanche, faites preuve d’empathie envers la personne, expliquez lui clairement les raisons de cette rupture, dites lui également les points positifs que vous avez remarqué lors de votre collaboration et fournissez lui des conseils pour sa future vie professionnelle. Prenez également le temps d’écouter son ressenti et ses explications, il n’en sera que reconnaissant. Enfin, communiquez son départ ouvertement et de manière transparente afin d’éviter les bruits de couloir.

Pour conclure, la période d’essai est une phase angoissante pour tout le monde, où les enjeux sont multiples, mais qui permet aux deux parties de pouvoir tester les limites de cette collaboration, afin que tout le monde en soit satisfait. Ne lésinez pas vos efforts sur la période d’onboarding, mais ne délaissez pas non plus ni la suite de la période d’essai, ni la suite de votre collaboration si la période d’essai est validée, votre marque employeur n’en sera que plus belle.

  • Publié dans :
  • News