Quels leviers de QVCT pour les managers ?

1024 683 Cabinet de recrutement CDI/CDD - NEXTGEN RH

Quels leviers de QVCT pour les managers ?

Le rôle des managers est aujourd’hui un levier essentiel dans la qualité de vie au travail des collaborateurs. Une étude publiée sur Harvard Business Review montre qu’environ 60% des collaborateurs associent la QVCT au respect et à la reconnaissance. Entre management par la bienveillance, écoute et motivation, les managers sont constamment dans une démarche de bien-être de leurs équipes.

 

Le management par la bienveillance, mot d’ordre de la QVCT

Le management bienveillant semble aujourd’hui devenir indispensable dans la qualité de vie et des conditions de travail (QVCT). Il se définit comme étant un mode de gestion des collaborateurs basé sur la volonté de ne pas brusquer. L’exigence n’est cependant pas à délaisser, il s’agit seulement d’y mettre les formes.

Pour bien exercer ce type de management, plusieurs points sont à respecter :

  • Être transparent et exemplaire avec ses équipes.
  • Faire confiance, encourager et remercier ses collaborateurs.
  • Donner du sens au travail et aux tâches quotidiennes de chacun.
  • Fixer des objectifs tout en laissant une certaine souplesse.
  • Accorder le droit à l’erreur.

 

L’écoute des collaborateurs pour garantir la QVCT

L’écoute des collaborateurs est indispensable lorsque l’on parle de leur bien-être. Qu’ils soient individuels ou collectifs, le manager a pour responsabilité d’organiser régulièrement des points avec ses équipes, afin de mettre en lumière des idées ou des problèmes. L’écoute de chacun est donc une réelle source d’inspiration pour l’évolution de l’entreprise, que ce soit pour son activité ou pour la bonne cohésion et le bien-être des collaborateurs.

 

La responsabilisation et reconnaissance des équipes

Reconnaissance et responsabilisation sont un réel duo qui accroît la motivation des collaborateurs. La prise d’initiative est encore trop peu valorisée au sein des entreprises : un manager a pourtant tout intérêt à mettre en avant ce type de décision qui apparaît comme moteur au sein de l’équipe. C’est en responsabilisant les collaborateurs, qu’un réel travail d’équipe et une co-construction se mettra en place, afin d’assurer une réussite collective. Un manager a pour rôle d’aider ses collaborateurs à se situer au sein de l’activité globale de l’entreprise afin qu’ils prennent conscience de leur importance. Leur sentiment d’appartenance et leur implication en seront d’autant plus grandes.

Il convient également d’inclure les équipes dans les processus décisionnels et de création de projet. Le collaborateur a besoin de se sentir impliqué, utile et responsabilisé.

 

L’organisation du travail

Une bonne organisation du travail en interne aide à réduire les risques psycho-sociaux ou les situations stressantes. L’accompagnement du collaborateur dans la hiérarchisation et l’organisation de ses tâches récurrentes et dans la charge de travail fera de lui une personne plus apaisée et plus sereine au quotidien.

L’organisation et la flexibilité des horaires favorisent également fortement le bien-être des collaborateurs. Le manager a pour responsabilité de ne pas empiéter sur la vie personnelle de ses équipes. Par exemple, il doit éviter d’organiser des réunions très tôt le matin ou très tard le soir, autoriser des horaires flexibles pour les parents, ou encore accepter le télétravail inhabituel selon la situation.

 

L’environnement de travail

Le manager peut en partie influencer l’environnement de travail de ses collaborateurs. Etant responsable d’une équipe, il est à même de désamorcer ou d’anticiper les conflits et d’identifier les besoins et problèmes de chacun.

En termes d’environnement matériel, le manager, à l’écoute de son équipe, peut faire remonter à la direction les différents besoins et suggestions. Ainsi, des problèmes de bruit en open space, un manque de matériel ou un manque de place peuvent rapidement atteindre les oreilles du gestionnaire des locaux.

  • Publié dans :
  • News