femme passant un entretien d'embauche

Top 10 des questions en entretien d’embauche

1024 683 Cabinet de recrutement CDI/CDD - NEXTGEN RH

Entretien d’embauche : Le Top 10 des questions à préparer

femme passant un entretien d'embauche

Votre entretien embauche approche ? Cette étape traditionnelle permet au recruteur et au candidat de savoir si une future collaboration est possible. Le chargé de recrutement pose de nombreuses questions afin de déterminer les points forts et les points faibles du candidat. L’entretien d’embauche permet aussi de tester ses capacités relationnelles. Le savoir-être est un facteur qui séduit de plus en plus les employeurs, au-delà même des compétences techniques. Ainsi, il est important de préparer votre entretien d’embauche, afin de mettre en lumière toutes vos compétences et qualités humaines. Découvrez le Top 10 des questions les plus posées par les recruteurs, que vous devez absolument préparer avant le jour J.

Le fameux « Parlez-moi de vous » en entretien d’embauche

Cette question est inévitable en entretien d’embauche. C’est souvent la première question posée. Ici, le recruteur cherche à savoir qui vous êtes et ce que vous avez fait. Cette question a aussi pour but de vérifier si vous savez être synthétique. Présentez-vous de manière chronologique : exposez vos formations, vos expériences, mais aussi vos hobbies et vos passions. La personne en face de vous cherche à valider le CV qu’il tient entre les mains.

C’est également une façon de savoir comment vous structurez votre parcours, voir ce que vous mettez en avant et ce que vous considérez moins important. Le recruteur va également chercher à connaître vos traits de personnalité : timide, bavard, extraverti, etc. 

Par exemple, si vous êtes un jeune cadre, commencez par parler de votre formation, puis de votre dernier emploi, en rentrant dans les détails. N’oubliez pas vos éventuels stages, qui peuvent grandement jouer en votre faveur. Par contre, si vous êtes un cadre expérimenté, il convient de résumer vos principaux postes occupés, en insistant sur les plus importantes d’entre elles, en fonction de l’offre à pourvoir.

Que savez-vous de notre entreprise ?

Un candidat qui ne sait pas répondre à cette question est un candidat qui ne s’est pas renseigné. Ce dernier renvoie une image démotivée, désintéressée et n’ayant pas préparé son entretien d’embauche. Il est donc primordial de préparer cette question en amont, en vous renseignant sur le site internet de l’entreprise, mais aussi sur les réseaux sociaux. Ayez une connaissance globale de l’organisation, de sa culture, de ses valeurs, de son activité principale, etc. Vous devez chercher à nouer une relation de confiance.Le recruteur doit sentir que vous êtes fait pour le poste.

N’hésitez pas à vous renseigner sur la ou les personnes qui vont vous recevoir en entretien. Vous pourrez ainsi faire des liens entre votre parcours, et les leurs.

Qu’est-ce qui vous intéresse dans le poste à pourvoir ?

Cette question sert notamment à vérifier la motivation du candidat. En vous appuyant sur des éléments concrets, détaillez les missions qui vous intéressent le plus, et en expliquant pourquoi. Vous pouvez également vous appuyer sur des expériences passées, dans lesquelles vous avez déjà effectué ce type de mission. 

Mettez en avant les aspects de l’entreprise dans sa globalité qui vous attirent. Vous pouvez citer les valeurs de l’entreprise, la cohésion de l’équipe, la marque employeur ou encore les engagements en termes de développement durable.

En d’autres termes, faites comprendre au recruteur que vous voulez ce job en particulier, en lui exposant des raisons précises, et justifiées avec des éléments concrets.

Quels sont vos qualités et vos défauts ?

Grâce à cette question, le recruteur évalue la capacité du candidat à prendre du recul sur lui-même, ainsi que sa lucidité. Elle traduit également la transparence et l’honnêteté de la personne. Le but ici, n’est pas de mentir sur votre personnalité, qui sera tôt ou tard démasquée. 

Le conseil que nous vous donnons sur cette question, c’est d’être sincère mais astucieux. Listez dans un premier temps vos points forts, en vous appuyant sur des exemples concrets et/ou des expériences passées. Mentionnez également des compétences vues dans l’annonce, si elles vous correspondent. Elles peuvent être techniques ou personnelles.

Une fois vos points forts énumérés, place aux points faibles. Votre réponse ne doit pas être un résumé de ce que vous n’aimez pas chez vous. Le recruteur doit savoir que vous êtes conscients de vos axes d’amélioration. En répondant intelligemment à cette question, vous prouvez ainsi que vous avez préparé votre entretien. Evitez les réponses toutes faites, comme « je suis perfectionniste », ou encore « je n’ai pas de défaut » : Grosse erreur ! Misez sur des défauts sur lesquels vous travaillez au quotidien. Par exemple, vous pouvez jouer sur l’obstination, l’émotivité ou encore l’autorité. Pensez dans tous les cas à défendre votre défaut, à le tourner en « positif ». Il vous faut faire comprendre au recruteur qu’il pourrait être finalement un atout. Cependant, évitez de mentionner un défaut qui serait incompatible avec le poste pour lequel vous avez postulé. Par exemple, pour un poste de commercial, ne dites pas que vous êtes timide.

Parlez-moi d’un projet dont vous êtes fier

Comme pour la question précédente, celle-ci cherche à mettre en lumière vos points forts et vos points faibles. Le recruteur, en vous demandant de lui détailler un tel projet, s’attend à ce que vous lui décriviez les différentes missions que vous avez eu. Idéalement, appuyez-vous sur une mission en rapport avec le poste proposé, et qui vous rend réellement fier. Décrivez vos réussites et les difficultés que vous avez rencontré, en lui présentant des résultats concrets. Dites-lui également dans quel environnement vous avez travaillé : seul ou en équipe. Enfin, insistez sur vos points forts, sans oublier de mentionner vos points faibles. Pas d’inquiétude, indiquer vos axes d’amélioration ne portera pas préjudice à votre candidature. Tout le monde a des « défauts », l’essentiel est d’expliquer au recruteur ce que vous mettez en place pour en faire une force.

Quel est votre plus gros échec ?

Expliquer votre plus gros échec est un moyen pour le recruteur de se rendre compte comment vous réagissez en cas d’échec et de situation de crise, et comment vous avez réussi à gérer. Il a également besoin de savoir si vous arrivez à transformer ces échecs en levier de réussite et quelles leçons vous avez retenu. Admettre un échec n’est pas une façon de vous dénigrer, mais bien de comprendre la manière dont vous fonctionnez. Finissez toujours sur les leviers que vous avez mis en place pour vous permettre de rebondir après cet échec.

Où vous voyez-vous dans 5 ans ?

La réponse à cette question va dépendre de votre âge et de votre expérience : celle d’un jeune diplômé ne sera pas la même que celle d’une personne expérimentée. Elle déterminera votre capacité d’analyse et de réflexion auprès du recruteur. Votre réponse doit être ambitieuse mais pas exagérée ! Décrivez votre futur projet professionnel de manière claire et sincère, même si vous êtes incertain. Manifestez surtout votre envie d’apprendre, et de mettre vos compétences en application pour participer au développement de l’entreprise. Evitez de dire que vous n’allez pas rester longtemps à ce poste, d’autant plus s’il s’agit d’un poste à responsabilités.

Pourquoi êtes-vous le candidat idéal ?

A travers cette question, le recruteur vise à savoir si vous avez bien compris les missions et les enjeux du poste à pouvoir. Il est conseillé de reprendre les qualités et les compétences requises pour cet emploi, et d’expliquer, avec des exemples concrets, que vous êtes opérationnel sur la grande partie des tâches. Misez sur votre motivation, et projetez vous au sein de l’entreprise, en exposant des actions que vous mettriez en place dès votre arrivée. N’hésitez pas à faire un parallèle entre vos valeurs et celles de l’entreprise, montrez que vous vous adapterez parfaitement bien à ce nouvel environnement. C’est également le moment de sortir des éléments qui vous différencient, par exemple, si vous avez suivi une formation bien particulière, ou si vous faites une activité qui vous démarque des autres. Faites attention, cependant, à ne pas paraître trop confiant, en dénigrant les autres candidats par exemple, même si vous pensez réellement être le candidat idéal.

Quelles sont vos prétentions salariales ?

La question de la rémunération est là, non seulement pour confirmer que vos prétentions sont en accord avec le salaire proposé, mais également pour vous tester, vous devez être en mesure d’évaluer ce que vous valez. Définissez donc au préalable une fourchette : Déterminez le salaire minimum pour lequel vous accepteriez le poste, ainsi que le montant maximal auquel vous pensez pouvoir prétendre. C’est cet exercice d’auto évaluation qui intéresse le recruteur. Basez-vous sur vos salaires précédents, renseignez vous sur les fiches métiers qui correspondent à votre profil, et n’oubliez pas les avantages annexes, telle qu’une éventuelle la part variable par exemple.

Avez-vous des questions ?

Il est interdit de répondre non ! Souvent posée en dernière, cette question est presque considérée comme la plus importante lors d’un entretien d’embauche. C’est le moment de rattraper vos petites erreurs par des questions pertinentes, qui traduisent votre connaissance du secteur, du métier ou encore de l’entreprise. Faites attention aux questions bateaux, sur des informations que vous pouvez trouver sur Internet par exemple, ou encore sur des tickets-restaurants.

Posez autant de questions que vous le souhaitez, tant qu’elles montrent votre intérêt et votre motivation pour le poste : taille et organisation de l’équipe, environnement de travail, journée type, etc. C’est également de poser la question de la suite du processus de recrutement si votre profil est retenu. 

Utilisez vos connaissances pour en savoir encore plus sur l’entreprise : « Etant donné que votre chiffre d’affaires et de… ». Vous montrez ainsi encore une fois que vous vous êtes particulièrement bien renseigné sur l’entreprise.

Enfin, partez du principe que cette question vous sera forcément posée. Vous devez donc impérativement en préparer deux ou trois, et si vous en trouvez d’autres lors de l’entretien d’embauche, notez les pour ne pas les oublier !

  • Publié dans :
  • News