Les 5 questions les plus difficiles en entretien

1024 683 Cabinet de recrutement CDI/CDD - NEXTGEN RH

Entretien d’embauche : Répondre aux questions les plus difficiles

Après avoir passé l’étape du CV et de la lettre de motivation, vient celle de l’entretien d’embauche. En visioconférence ou en physique, cette étape est généralement la plus stressante, mais également la plus importante. Il n’est pas rare que les recruteurs jouent sur la difficulté des questions pour déterminer votre personnalité et votre motivation. Découvrez les 5 questions les plus difficiles qui sont souvent posées en entretien, ainsi que la manière dont vous devez y répondre.

Pourquoi quittez-vous votre emploi actuel ?

La meilleure façon de répondre à cette question, est de mettre en avant votre volonté d’avancer et de vous lancer de nouveaux défis. Insistez sur le fait que c’est une opportunité pour vous de pouvoir changer d’entreprise, afin de continuer à évoluer personnellement et professionnellement. Quelle que soit la raison de votre départ, faites sentir au recruteur que ce n’est pas seulement un changement de situation qui ne vous convenait plus. Montrez donc que vous souhaitez saisir une opportunité plutôt que de fuir une place qui est déplaisante.

Si votre départ découle d’un conflit au sein de l’entreprise, évitez de le mettre en avant lors de cet entretien d’embauche. Ne montrez aucune animosité entre votre entreprise et vous, ne mentionnez pas de choses négatives à son égard. Au contraire, insistez sur les points positifs de cette expérience professionnelle, et sur ce que vous avez pu apprendre tout au long de votre parcours chez eux.

Pourquoi avoir choisi notre entreprise ?

Cette question, c’est pour vous l’occasion de prouver votre motivation pour décrocher ce poste. Vous devez absolument vous renseigner un maximum sur l’entreprise pour laquelle vous allez passer un entretien d’embauche. Comprenez parfaitement son activité, son positionnement et ses valeurs. Visitez rigoureusement le site Internet et les réseaux sociaux de l’organisation, afin d’en apprendre plus sur sa cible, son histoire et les biens et/ou services qu’elle propose. 

Dégagez ensuite les points qui vous plaisent le plus, et pour lesquels cette entreprise vous attire. Faites un parallèle avec vos expériences ainsi que votre personnalité, pour appuyer le fait que vous serez un élément moteur au sein de la société. Vos valeurs personnelles doivent rejoindre celles qui sont mises en avant par l’entreprise. S’il existe une page « équipe », n’hésitez pas à citer le nom du manager du pôle que vous allez intégrer. Vous devez montrer au recruteur que votre envie de les rejoindre est immense.

Quel est votre plus grand défaut ?

Surement la question la plus fréquente, elle a pour but de montrer l’honnêteté du candidat et sa préparation pour cet entretien d’embauche. Pour y répondre, servez-vous de ce que votre entourage dit de vous, qu’il soit professionnel ou personnel, le recruteur verras que vous êtes attentifs au feed-back. Evitez de dérouler une liste de défauts sans les justifier : expliquez les axes d’amélioration que vous mettez en place pour chacun d’entre eux.

Cependant, attention aux défauts bateaux, qui ne sont que des qualités déguisées : « Je suis perfectionniste », « je travaille trop », ou pire « je n’ai pas de défaut ». C’est la meilleure manière de vous éliminer d’un coup. Privilégiez des défauts qui vous correspondent, sur lesquels vous travaillez au quotidien. Vous pouvez également vous servir d’un échec professionnel, pour expliquer la manière dont vous avez su rebondir.

En revanche, ne choisissez pas un défaut qui est totalement incompatible avec le poste pour lequel vous avez postulé. Par exemple, si vous passez un entretien pour un poste de commercial, ne dites pas que vous n’aimez pas le contact social ou que vous êtes timide.

Où vous voyez-vous dans 5 ans ?

Cette question est véritablement une question piège, étant donné que vous devez être ambitieux, mais pas trop ! Vous devez rester humble et cohérent dans vos propos, ne sortez pas des projets impossibles à réalisés dans un temps imparti trop court. De plus, il ne faut pas que vous laissiez penser que ce poste est un tremplin pour un autre projet, même si c’est le cas.

Soyez honnête, mais ne dites pas non plus que vous allez partir dans 6 mois ! En général, il est conseillé de dire que vous vous projetez dans l’entreprise pour quelques années, et que s’il y a des perspectives d’évolution au sein de celle-ci, il est bien possible que vous y restiez un peu plus. Il est inutile de vous fermer des portes en disant que vous allez rester 10 ans, le recruteur ne vous croira pas de toute façon. Avec l’évolution du marché actuel, il est impossible de prédire où vous serez dans 5 ans, et le recruteur en est bien conscient. 

Pourquoi vous et pas un autre candidat ?

C’est sûrement la question qui demande le plus de préparation de votre part. Le recruteur cherche à savoir si vous avez bien saisi les enjeux du poste. C’est donc le moment d’insister sur toutes vos compétences, et notamment vos « Mad skills », ces petits plus qui vont vous permettre de vous démarquer des autres candidats. Par exemple, si vous êtes chef d’équipe dans un club de sport, mettez en avant votre capacité à manager si c’est en accord avec l’offre d’emploi. 

Faites-lui savoir également ce que vous allez mettre en place dès votre arrivée, pour participer à l’évolution de l’entreprise. Le but est de prouver au recruteur que vous avez compris ce dont on attend de vous, les missions et les objectifs.

Cependant, attention de ne pas dénigrer les autres candidats, même si vous pensez avoir le profil idéal. Ce genre de comportement traduirait un excès de confiance de votre part, n’oubliez pas que le savoir-être est de plus en plus pris en compte.

  • Publié dans :
  • News