Accueil > Actualités >
Défaut en entretien : comment répondre à la fameuse question

Défaut en entretien : comment répondre à la fameuse question

L’entretien d’embauche est une étape cruciale du processus de recrutement, un moment de vérité pour beaucoup de candidats. Parmi les questions les plus redoutées figure celle portant sur les défauts. « Quel est votre principal défaut ? » ou « Pouvez-vous me citer un aspect de votre personnalité à améliorer ? » sont des formulations courantes de cette interrogation qui semble piéger de nombreux postulants. Pourtant, bien abordée, cette question peut se transformer en une opportunité précieuse de se démarquer. Dans cet article, nous allons ainsi explorer comment répondre de manière stratégique à la fameuse question des défauts lors d’un entretien d’embauche.

Comprendre L’objectif de la question

Avant tout, il est essentiel de comprendre pourquoi les recruteurs posent cette question. Loin de vouloir piéger le candidat, le recruteur cherche à évaluer sa capacité d’auto-évaluation. Il veut jauger son honnêteté, ainsi que sa volonté de progresser. C’est une occasion de démontrer que vous avez une bonne connaissance de vous-même et que vous êtes engagé dans un processus d’amélioration continue.

Défauts en entretien : stratégies de réponse

Sélectionner un « Défaut Positif »

Choisir un défaut qui peut être perçu comme une qualité dans certains contextes est une approche classique. Par exemple, être très critique peut être un atout pour des postes nécessitant une grande attention aux détails. L’essentiel est de montrer comment vous gérez ce trait pour qu’il ne nuise pas à votre efficacité ou à celle de votre équipe. Attention cependant à ne pas rentrer dans les « faux défauts » dont nous parlerons juste après. L’idée est de reconnaître vos défauts et de montrer dans quelles circonstances ces derniers peuvent être bénéfiques.

Illustrer par des exemples

L’utilisation d’exemples concrets pour illustrer comment vous avez géré ou surmonté ce défaut dans le passé peut transformer une réponse. Ce la faisant passer de négative en une preuve de votre capacité à progresser. Cela démontre non seulement votre honnêteté mais aussi votre proactivité face aux défis personnels.

Montrer le chemin parcouru

Il est crucial de mettre en avant les efforts que vous avez faits pour travailler sur ce défaut. Que ce soit à travers des formations, des lectures ou des retours constructifs de collègues, montrez que vous avez pris des mesures concrètes pour vous améliorer.

Défaut en entretien : éviter les faux défauts

Bien que tentante, la tactique consistant à choisir un faux défaut (comme « Je travaille trop ») est à éviter. Les recruteurs, expérimentés dans l’art de l’entretien, peuvent facilement détecter l’insincérité, ce qui pourrait éroder la confiance. Soyez sincère – et c’est ici le conseil le plus important de l’article. Notez que même si mentir pourrait « sauver » votre entretien, cela peut s’avérer problématique plus tard. En effet, si après la prise de poste un de vos défaut que vous n’aviez pas annoncé pose problème et n’est pas en adéquation avec le poste, vous aurez perdu du temps, en aurez fait perdre à l’entreprise, et aurez un trou sur votre CV. Ainsi, soyez sincères et tout se passera bien !

Exemples de Réponses

Voici quelques exemples de réponses qui pourraient inspirer les candidats à préparer leur propre version personnalisée :

  • Perfectionnisme : « Dans le passé, mon perfectionnisme m’a parfois amené à passer trop de temps sur des détails mineurs. J’ai appris à prioriser mes tâches et à déléguer pour garantir l’efficacité de mon travail tout en maintenant des standards de qualité élevés. » (Attention, celui-ci se voit très souvent donné, assurer que cela soit vrai.)
  • Impatience : « Je tends à être impatient, surtout dans des projets à court terme. Cependant, cette impatience me pousse aussi à chercher des solutions efficaces et rapides. J’ai travaillé sur ce trait en développant des stratégies de gestion du temps et en pratiquant la méditation pour améliorer ma capacité à gérer le stress. »
  • Réticence à déléguer : « Par le passé, j’ai eu du mal à déléguer, préférant accomplir les tâches moi-même pour m’assurer qu’elles soient bien faites. J’ai ensuite compris que cette approche limitait l’efficacité de l’équipe et la mienne. J’ai depuis lors suivi une formation en leadership et en gestion d’équipe, ce qui m’a ainsi aidé à développer la confiance nécessaire pour déléguer efficacement. »

Défaut en entretien : conclusion

Répondre à la question des défauts en entretien ne doit pas être perçu comme un piège, mais plutôt comme une opportunité de démontrer votre conscience professionnelle, votre capacité à vous auto-évaluer et votre engagement envers l’amélioration personnelle. Une réponse bien préparée, sincère et illustrée par des exemples concrets peut non seulement dissiper les inquiétudes du recruteur mais également vous positionner comme un candidat de choix, conscient de ses axes d’amélioration et actif dans son développement personnel et professionnel.

N’oubliez pas, l’authenticité et la préparation sont les clés d’une réponse réussie à cette question délicate. En vous présentant sous un jour honnête et réfléchi, vous augmentez alors vos chances de faire une impression positive et durable sur votre interlocuteur.

Axelle Friedrich
Axelle Friedrich

Responsable communication

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le :

Découvrez nos tests psychométriques